j’avais consciencieusement suivi un oulpan à Paris avant de faire mon alyah cette année. On le sait, les Français sont particulièrement doués pour les langues et pour ne pas déroger à la règle, mes quelques rudiments d’hébreu acquis alors m’ont rapidement renvoyé à une dure réalité dès mon arrivée :