Le journal de bord de Lisa…

IMG-20171123-WA0011

Suivez semaine après semaine le journal de bord de Lisa ,
Ola hadasha…

 

« Veuillez patientez, votre hébreu est en cours de téléchargement : 15%

sticker-loading

Comme avant chaque rentrée, la tension est palpable, l’enjeu minime et l’espoir énorme.Objectif en ce mois d’octobre 2017: conquérir Ben Yehuda. ben yeuda

En l’occurrence, c’est à l’Oulpan Sheli que je m’apprête à me casser les dents, et dès mon arrivée, je comprends que toutes mes appréhensions vont être bien étonnées au contact de מוֹר (Mor), la professeur (prénom bien choisi au vue de son métier me direz-vous). Une jeune צבּרית (Sabra) dont l’énergie et le franc parlé vont me scotcher sur place. A peine arrivée, elle s’amuse de notre sérieux religieux, et pose son unique règle : « oubliez votre français, ici on ne comprend que l’hébreu ». Une fois tout le monde mis au diapason, je découvre le plaisir du cours privé, 8 élèves maximum en classe,une intéraction constante (souvent interrompue par l’agacement de ne pas trouver ses mots) et le décalage de l’éducation à l’israélienne, informelle et spontanée au possible.DSC_0307
Au rythme de 3 jours par semaine, j’arrive tout doucement à sonder la grammaire, l’orthographe et le vocabulaire grâce à des textes, des chansons, des discussions, et des millions de questions. Si un ennemi à l’esprit revanchard avait l’idée de placer une caméra à la sortie de notre classe, il pourrait jubiler face à nos mines défaites et lessivées, néanmoins fières d’en avoir appris autant en 3 heures.
Souvent, מוֹר s’emballe et décide qu’il est temps pour nous de mettre en pratique notre hébreu. La confiance toute vacillante, nous partons donc pour un contrôle 4D : la rue est son terrain de jeu préféré et nous ne rentrons en cours qu’une fois qu’elle obtient la garantie que tous ses petits soldats ont retenu le vocabulaire du jour. Je pense que nous sommes proche de la célébrité pour les commerçants de la rue Trumpledor qui s’amusent de notre joyeuse galère…

Oui, ce premier mois d’oulpan est certainement difficile, ma mémoire s’en arrache les neurones et ma gomme se fait la malle un peu plus chaque jour. Il faut tout apprendre comme un enfant, dans notre moule d’adulte.

Pour autant, l’oulpan est capital pour mon intégration et je compte bien donner raison au slogan appris aujourd’hui :

 קשה יש רק בלחם 

Dans la vie, rien n’est dur, sauf le pain.

classe oulpan